#20 : Crêpes Suzette de Downton Abbey

#20 : Crêpes Suzette de Downton Abbey

octobre 29, 2022 0 Par MistressMom

TV Dinner Crepes1

Illustration : Sharmila Banerjee

Il y a un moment de silence stupéfait et tous les yeux autour de la table sont tournés vers Ethel, la nouvelle bonne. « Y a-t-il des crêpes Suzette ? J’ai toujours voulu essayer ça. Pourriez-vous m’en garder ?

Mme Patmore, la cuisinière, ne comprend pas ce qu’Ethel veut dire au début, il semble tellement absurde de penser qu’un des serviteurs puisse goûter ce qui est servi aux messieurs à l’étage. Ce n’est qu’au bout d’un moment qu’elle retrouve son sang-froid et redresse le nouveau.

“Upstairs” et “downstairs” sont deux mondes de la série britannique “Downton Abbey”, uniquement reliés par un système de sonnerie, avec lequel les messieurs des chambres de l’étage supérieur appellent après leur petit-déjeuner. Dans l’Angleterre du roi George V vers 1914, des familles nobles comme les Crowley, propriétaires de Downton Abbey, emploient encore une petite armée de serviteurs qui sont plus qu’heureux d’aider les seigneuries à s’habiller, repasser le journal ou tout ce qui est autorisé à polir l’argent.

La série est l’un des plus grands succès auprès du public ces dernières années, avec environ 120 millions de téléspectateurs dans le monde qui regardent les trois premières saisons du drame historique. Les critiques ont accusé l’auteur Julian Fellowes (qui a déjà remporté un Oscar pour Gosford Park) de satisfaire un désir dégoûtant pour le féodalisme britannique tardif, un monde dans lequel les choses de classe et de succession sont encore clairement réglées. Mais on pourrait tout aussi bien considérer « Downton Abbey » comme une sorte de cabinet d’horreur qui revient sur une époque où peu de choses rendaient nostalgiques, surtout pour les femmes, quel que soit leur statut. Comme Lady Mary, fille aînée des Crowley, l’a dit un jour : « Les femmes comme moi n’ont pas de vie. Nous choisissons des robes, rendons visite et faisons nos débuts. En réalité, nous sommes coincés dans une salle d’attente jusqu’à notre mariage.

Le passage à une autre époque est imminent, et Mary et ses sœurs tentent également de sortir de leur cage dorée. C’est le temps des luttes pour le suffrage des femmes, que Sibyl suit avec suspense. Edith apprend à conduire et veut travailler comme journaliste. La série accompagne ses souhaits et ses soucis avec autant de soin que ceux de la cuisinière Daisy ou de la femme de chambre Anna et tisse astucieusement ces brins en un réseau dense. Au final, cependant, tous les personnages sont relégués à leur place par les lois non écrites et écrites de l’époque : en bas et en haut, dans la salle d’attente dorée ou dans la cuisine.

Les crêpes Suzette qui restent après le dîner sont données par Mme Patmore au chien de Lord Crowley. Où finirions-nous si, à la fin, une simple bonne goûtait le dessert majestueux. Peut-être dans une démocratie égalitaire !

La production ITV “Downton Abbey” est l’une des exportations de séries les plus réussies de l’histoire de la télévision britannique. En Allemagne, les deux premières saisons sont disponibles en DVD.
recuire ? S’il vous plaît!
Pour 4 personnes affamées :

Crêpes
//2 oeufs
//200 ml) lait
//50 g de beurre fondu
//100 grammes de farine
//1 pincée de sel
//3 oranges
//2 cuillères à soupe d’huile

sauce
//50 grammes de sucre
//2 cuillères à soupe de beurre
//6 cuillères à soupe de liqueur d’orange

Préparation:

Mettez les œufs, le lait, le beurre fondu tiède, la farine et une pincée de sel dans un bol et fouettez avec un fouet. Laisser tremper 20 minutes.

Râper le zeste d’une orange bio et presser le jus. Peler et fileter les deux autres oranges.

Graissez une poêle avec un peu d’huile, versez une petite louche de pâte et étalez uniformément. Faites frire la crêpe jusqu’à ce qu’elle soit légèrement dorée des deux côtés à feu moyen. Faites glisser les crêpes finies hors de la poêle, pliez-les en quatre et gardez-les au chaud dans une assiette.

Pour la sauce, faites fondre le sucre et 2 cuillères à soupe de beurre dans la poêle, ajoutez le jus de l’orange et laissez réduire brièvement. Retirer la casserole du feu, placer les crêpes pliées côte à côte, arroser d’un peu de sauce et laisser reposer quelques minutes.

A la fin, la partie pyrotechnique : ajoutez 6 cuillères à soupe de liqueur d’orange et – allumez-la ! Attention à ne pas vous brûler les pattes. Flamber le tout jusqu’à ce que la flamme s’éteigne d’elle-même. Incorporez maintenant délicatement le zeste et les filets d’orange. Servir chaud. Spectaculairement délicieux.