Au-delà de l’horreur – Missy Magazine

Au-delà de l’horreur – Missy Magazine

novembre 2, 2022 0 Par MistressMom

Par Barbara Schulz

“Le sport national irakien était le bavardage et il l’est toujours à ce jour… Parler de politique était devenu de plus en plus dangereux”, lit Poppies d’Irak. Brigitte Findakly, née à Mossoul en 1959 et exilée avec sa famille en France en 1972, travaille habituellement comme coloriste pour des auteurs de bande dessinée populaires tels que Joann Sfar, Riad Sattouf et Lewis Trondheim, avec qui elle est également mariée. Mais lorsque “IS” a envahi sa ville natale en 2014 et rendu impossible le retour, elle a décidé d’écrire sa propre histoire. Cependant, l’artiste a trouvé ses premières tentatives de roman graphique trop émouvantes – et a fait participer son mari.

Trondheim Lewis Findakly Brigitte 1001 02

Lewis Trondheim et Brigitte Findakly © gettyimages/Nicolas Guerin

Les épisodes de “Poppys from Iraq” sont entrecoupés de pages de vieilles photos de famille issues des archives privées de Findakly. La bande dessinée autobiographique est racontée de manière non linéaire : elle se concentre principalement sur les souvenirs d’enfance et de jeunesse de Findakly dans les années 1960 et 1970, mais fait également à plusieurs reprises référence au présent. Il s’agit parfois de la petite Brigitte, fille d’une mère française et d’une irakienne, qui a grandi heureuse dans une famille aisée – son père était dentiste – mais s’est sentie très tôt qu’en tant que chrétienne, elle était différente de ses camarades de classe musulmans. Il s’agit parfois de Brigitte, devenue adulte, qui vit à Montpellier et s’occupe de ses parents.

mo1

© REPRODUIRE

Ce sont des détails et des sujets apparemment insignifiants que Findakly utilise pour illustrer le climat politique et social en Irak. Les textes sont empreints d’un humour fin, mais la langue et le style de dessin sont simples. C’est intentionnel, comme Brigitte Findakly le portail comic.de raconte : « Ce que j’ai vécu n’était pas une horreur, pas une histoire tragique, juste une histoire de famille. Je ne voulais pas inventer de dialogue, faire un récit historique ou pincer des larmes.”

Mohnblumen aus dem IrakBrigitte Findakly/Lewis Trondheim “Fleurs de pavot d’Irak” Du français par Ulrich Pröfrock, reproduction, 112 pages

Elle a réussi. De cette façon, les lecteurs ont un aperçu à la fois sombre et beau de la vie en Irak : par exemple, lorsque le père a fait griller des châtaignes tard dans l’hiver pour les mettre près du lit de sa fille afin qu’elle les retrouve le lendemain matin.