Bang the Fall Tome 1

Bang the Fall Tome 1

novembre 1, 2022 0 Par MistressMom

Gastblog tAMtAM Berlin

C’est déjà tout octobre quand tAMtAM – contrer la mélancolie – rôde dans la section MISSY PRESENTIERT. Vous cherchez quelque chose pour vous débarrasser de cette congestion grise de l’automne berlinois. Mais vraiment DISCH-PÄM-BAM-BAM-BAM s’il vous plaît.

Testé : Le groupe Moi et mon batteur, composé de Charlotte Brandi (chant, claviers) et Matze Pröllochs (tout ce qui frappe), qui jouera au port d’attache de Neukölln le 10 octobre. Plus de dates de tournée s’il vous plaît ici Chèque.

Le magasin est complet et pourtant pas surpeuplé. A 21 heures précises, un gars avec une guitare monte sur scène, qui chante sa musique sous le nom Et le Chœur d’Or coché, ce que tAMtAM trouve un peu étrange, car ce chœur doré n’est présent que sous la forme d’un disque noir.

drummer1

Rappelle Musikantenstadl, ressemble à Conor Oberst et sonne aussi comme Bright Eyes avec une touche de Calexico peut-être et une pincée de Radiohead. (Oh tiroir, vous êtes le plus beau dans le système d’orientation humaine.)

Après qu’il ait été démontré de manière impressionnante que la demi-lecture est à nouveau socialement acceptable ces jours-ci, Moi et mon batteur entrent en scène à 22h02 exactement et repartent à 23h07. La prochaine leçon porte principalement sur…

drummer2

et bien sur pour…

drummer3

Comment ça sonne? tAMtAM recommande le Compte SoundCloud du label Sinnbus, où les deux sont sous contrat pour ne pas entrer dans le-qui-ressemble-à-un-mélange-de-…-et-…-quand-on-obtient-la-phase-précoce-de- … -piège à piéger. Malheureusement, ce qu’on ne peut pas écouter, ce sont les annonces merveilleusement désordonnées entre les chansons, qui sont sympathiques au début et sympathiques et un peu embarrassantes à la fin. Et la couverture de Radiohead quelque part dans le dernier tiers Où je finis et où tu commences.

Parce que tAMtAM a été un peu gêné par tout cela depuis que Rolling Stone a publié un très mauvais article sur cette soirée, après avoir lu qu’une personne normale ne veut en fait rien dire du tout à propos de toute forme d’apparitions en concert, tAMtAM a chatouillé la dernière phrase – Nibbles de son journaliste invité Il Dentone (le plein de dents – sans place sur la liste des invités, plein prix au box-office):

« Après les cinq ou six premières chansons, j’ai pensé : ils se moquent de moi. Un autre de ces chanteurs chantant de douces mélodies pop sur des nappes de synthé ennuyeuses. Et les gens aiment ça aussi. Dieu merci (je dis en tant que païen), les deux reprennent la courbe. Cela poussait principalement sur le fumier de Matze Bla. J’ai rarement vu un gars aussi émouvant derrière la machine à hochet. Maintenant, ils sortent soudainement les chansons qui donnent du kick et du groove. Et même Charlotte reprend ses esprits et commence enfin à vraiment chanter, après avoir troqué ses synthés contre des lignes de piano ou s’être donné à fond a cappella.
Mais finalement la question revient : qui diable a commandé cette set list – le roadie ? Donc dans l’ensemble une soirée mitigée.

tAMtAM tient à remercier Il Dentone (le toothy – sans place sur la liste des invités, plein prix au box-office) pour cette interjection perspicace.
Soit dit en passant, l’automne dégoulinant a été balayé de manière très convaincante, en particulier dans la chanson avec le solo de batterie toujours long, qui était nouveau et dont tAMtAM a malheureusement oublié comment il s’appelait.

Malheureusement, il est revenu le lendemain. Et la recherche d’un antidote continue.