Critiques de MISSY : le nouvel album de Gin Wigmore

Critiques de MISSY : le nouvel album de Gin Wigmore

octobre 27, 2022 0 Par MistressMom





Gravel Wine Album Cover gin wigmore 26274750 500 500

Gin Wigmore : Gravel & Wine / Sortie universelle : 08.02.

Le gros problème des très grosses productions : l’authenticité ? Assurément. Charme? Pas toujours. Clarté qui se rétrécit ? Oui. Le musicien néo-zélandais Gin Wigmore, dont le deuxième album “Gravel & Wine” sort désormais également en Allemagne, souffre également de ces mécanismes. Si tu regardes la jeune femme comme ça, c’est en fait marrant : Elle, la hard rockeuse, qui a déjà de l’alcool à son nom. Qui écrit des paroles sur le diable et sur le fait d’être un étranger (“Devil in Me”); chante leur réticence à s’adapter (“Black Sheep”) et vit une manie de rock des marais paralysée par la chaleur dans un style sensuel du Sud. La voix, qui rappelle Adele par son ampleur et son timbre, captive. Surtout parce qu’elle est moins grand-mère que les Britanniques. Mais c’est là que réside l’essentiel : toute personne qui doit se vendre doit être clairement identifiable. Pour le groupe cible. Avec Adele, ce sont des femmes, y compris des plus âgées. Et chez les hommes de Wigmore. Tout groupe d’âge tant qu’ils sont hétéros. Quant au nom diabolique, le communiqué explique qu’il dérive de Virginie (un peu d’innocence indulgente fait toujours du bien). Et le rocker est aussi la garce sexy du rock, qui avec de longs cheveux blonds, des yeux bleus et un pantalon chaud remplit le schéma de l’enfant ainsi que le casse-cou. Elle interprète des textes comme “Tu es l’amour est mon poison, je le bois” sans sourciller, mais avec d’autant plus d’yeux. Et malheureusement, tout ce qui reste est un sentiment de l’intérêt que pourrait avoir cette femme sans de telles stratégies de marketing et de la beauté des contradictions et de la complexité des productions indépendantes. Texte: Rita Argauer