cyber-violence ?  Pas avec nous !  -Madame Magazine

cyber-violence ? Pas avec nous ! -Madame Magazine

novembre 1, 2022 0 Par MistressMom





Par Sonia Kewan

Des commentaires haineux sur Facebook, des tempêtes de merde sur Twitter, des photos intimes sur des forums Internet publics. La violence et la discrimination numériques ont de nombreux visages et n’affectent pas seulement les personnalités publiques – comme l’a récemment par exemple été l’auteure autrichienne Stefanie Sargnagel. La cyberviolence est un phénomène répandu. Surtout les femmes, les migrants, les LGBTIQ, qui souffrent déjà de (multiples) discriminations hors ligne, sont également attaqués dans le contexte numérique.

shutterstock 530476231

© Shutterstock/Burdun Iliya

Bien que les utilisateurs concernés appartiennent souvent à ce que l’on appelle les “digital natives”, c’est-à-dire qu’ils ont grandi avec les médias numériques, ils ne savent pas comment réagir dans de telles situations. Les auteurs sont souvent issus de l’environnement immédiat des personnes concernées : ex-petits amis déçus, partenaires et employés jaloux, par exemple. Cela rend la gestion de la violence et de la discrimination numériques très complexe et émotionnellement épuisante.

Avec une portée nationale Projet contre la violence faite aux femmes à l’ère numérique l’Association fédérale des centres de conseil pour femmes et des centres d’appels d’urgence pour femmes bff veut maintenant travailler sur la question. Le déclencheur du projet, qui a débuté en janvier 2017, a été l’augmentation des demandes de conseils sur les formes numériques de violence à l’égard des femmes et des filles ces dernières années.

Le projet indépendant veut lutter contre la cyber-violence de manière efficace et dans une perspective sexospécifique. Anna Hartmann, chargée de projet chez bff, explique les objectifs : « À ce jour, trop peu d’attention a été portée à la violence numérique, nous voulons donc d’abord fournir des informations de base et mettre en place une structure de réseau. En collaboration avec nos institutions membres, nous voulons également découvrir quels sont les besoins particuliers en matière de conseil sur la violence numérique. »

Le projet est prévu pour une durée de deux ans et est financé par le BMFSFJ.