De l’effort et du produit – Missy Magazine

De l’effort et du produit – Missy Magazine

octobre 28, 2022 0 Par MistressMom

cadre digitallife

“Désolé les gars, j’ai été occupé et je n’ai pas eu le temps de bloguer.” Vous avez probablement lu cette phrase des milliers de fois. Mais c’est aussi vrai. La vie elle-même prend beaucoup de temps. Et puis bloguer tout le temps ? C’est techniquement relativement facile à maîtriser, mais ce n’est toujours pas un passe-temps simple. Avant que mon engagement en tant que blogueuse invitée chez Missy Magazine ne se termine en avril, j’enverrai un dernier article aux chers lecteurs.

Une reconnaissance que la création créative de contenu, que ce soit par le biais de diverses formes d’écriture, de podcasts, d’audio-visuel avec des vidéos ou autre, signifie un certain effort, qui me manque parfois lorsque je lis des études sur le “Join-In Network 2.0” . Il y a presque un peu de déception (ou est-ce un soulagement ?) quand, par exemple, dans le Étude en ligne ARD-ZDF on peut lire à quel point l’utilisation active du Web 2.0 est faible. Bien sûr, cela dépend du service en question : alors que les grands réseaux sociaux privés sont également activement utilisés par la plupart des gens et que la participation à des communautés photo telles que Flickr est également relativement importante, la relation avec Wikipédia diffère particulièrement fortement. 65 % des personnes interrogées déclarent utiliser Wikipédia, mais seulement 4 % ont déjà édité ou créé un article elles-mêmes. Et qu’en est-il des blogs ? Seuls 4% des personnes interrogées se comptent parmi les blogueurs actifs. Vous aussi, vous obtenez une crédibilité clandestine, car prétendument seulement 8% des internautes lisent des blogs (ou savent qu’ils le font).

Je me demandais pourquoi certaines personnes aiment tant écrire ou parler sur Internet. Comment cela m’aide-t-il ? Qu’y a-t-il pour vous ? Tout ce contenu qui n’a pas du tout été sélectionné professionnellement par les éditeurs… Apparemment, je n’avais pas l’envie, le temps ou l’idée d’y penser sérieusement après tout, et j’ai envoyé la question dans le cloud via Twitter. Les réponses variaient. Ils parlent de laisser sortir, de revenir, de soulagement et de peur :

“c’est un sentiment libérateur, enfin je peux parler librement de choses dont personne d’autre ne veut me parler ^^” (magicien des nombres)

« Je laisse des marques critiques et je suis heureux quand les autres les trouvent (bien). #netz #vö » (mousse qui coule)

“La bonne chose à propos des publications sur le net, ce sont les contacts et les réseaux qui naissent grâce aux commentaires/liens. Mettre le social dans le Web social. (chaise en plastique)

« netz vö : d’un besoin de diffusion et de la curiosité si quelque chose revient. aussi : lâcher, lâcher, se débarrasser, secouer » (chauffeur de camion)

« Moi surtout pour ne pas oublier les pensées et les idées qui me viennent, mais pour les « garder ». Et bien sûr de partager. (antjeschrupp)

« Il y a des réponses et des commentaires passionnants. Des idées auxquelles je n’aurais pas pensé moi-même. De merveilleux contacts se nouent. #publier » (hanhaiwen)

“Je prends le pouvoir et l’espace sur le net pour exposer des histoires de normal(isation) et décomposer des histoires avec d'”autres” histoires #fun” (tutnurso)

“Une pensée, un sentiment, quelque chose que j’ai créé pour mettre dans la pièce afin que quiconque veuille l’utiliser. Sortie.” (matthiasr)

“Mal à l’aise parce que je divulgue moi-même, mes connaissances, mes préférences, moi-même. et pourtant j’adore le faire.” (sandrabier)

“Je ne sais pas… ça doit juste sortir. mais est-ce que quelqu’un a vraiment lu ça? ;)” (SIXSIXSEVEN_hcl)

Et moi ? Je pense que j’aime aussi le sentiment que quelque chose est fini et prêt. C’est mon produit : c’est hors de ma tête et sur Internet où quelque chose va se passer avec. Peut-être avez-vous quelque chose à dire à ce sujet et un fil de conversation se déroulera. Ou ça reste, j’y reviens quelques mois plus tard et je me souviens de l’époque et de l’occasion.

C’était sympa chez Missy. A bientôt sur cet internet !