Équipe vie quotidienne/style de vie : filles en difficulté, stylées et buveuses de fête solitaires ?

Équipe vie quotidienne/style de vie : filles en difficulté, stylées et buveuses de fête solitaires ?

octobre 29, 2022 0 Par MistressMom

gastblog muenster neu17

étudiants. Les cultures de fête et de célébration qui fleurissent parmi ces personnes sont peut-être connues de la plupart. Tu as encore du temps pendant tes études, tout y est différent… AVANT le travail et le côté sérieux de la vie et autres. Mais tous ceux qui connaissent les étudiants savent que faire la fête pour les uns ne veut pas forcément dire faire la fête pour les autres. Et à quoi ressemble la culture festive des étudiants et étudiantes ? Y a-t-il des similitudes ou est-ce juste une grande différence? Afin de faire la lumière sur le cliché des “filles en difficulté et stylées” et des “buveuses de fête solitaires”, j’ai simplement demandé à quelques étudiants de ma région (quand ils étaient sobres). J’ai remarqué que je ne suis pas le seul à penser que ce sont surtout les hommes qui boivent et les femmes qui dansent. Les portraits suivants montrent qu’il y a un grain de vérité dans certains clichés.

Une étudiante en biologie chimique de Dortmund (22) se considère comme une “fêtarde” quand ses études lui en laissent le temps. Le coiffage peut prendre jusqu’à deux heures avant de pouvoir commencer. Le préchauffage est uniquement en entreprise, les examens réussis et les anniversaires sont célébrés ; ou tout simplement danser le stress – sur de la bonne musique, avec des gens que vous aimez côtoyer et suffisamment d’espace. La soirée doit être aussi bon marché que possible et se termine généralement entre trois et cinq heures, lorsqu’elle s’enfonce alors épuisée mais satisfaite dans son lit. Avec les hommes, elle suppose que plus d’alcool est consommé avant qu’ils n’atteignent la piste de danse, « s’ils dansent du tout ». Cependant, leur style et leur tenue sont presque aussi importants pour eux que pour les femmes, soupçonne-t-elle.

L’étudiant en droit C. (22 ans) de Münster ne se considère pas comme une patate de canapé et déchire la piste de danse seul ou accompagné le plus souvent possible ; L’essentiel est qu’il y ait suffisamment d’alcool le soir. Librement basé sur la devise autoproclamée du parti “Je ne serai plus jamais aussi jeune, allons-y, seul ou pas!”. Il ne lui faut qu’une demi-heure pour se préparer à sortir. Cependant, il ne se soucie pas de son style, bien au contraire ; “Tu ne veux pas ressembler à de la merde sur ta chaussure.” Et il espère rencontrer quelques jolies femmes le soir. Au sujet des cultures de fête des hommes et des femmes, il dit que “certaines femmes boivent maintenant comme des hommes et certains hommes comme des femmes”, c’est pourquoi les clichés courants auraient dû être assoupli. Ce qui reste à interroger sur cette affirmation, c’est comment les femmes et les hommes boivent « réellement » ?!

L’étudiant en philosophie et histoire P. de Münster (23) interrogé aurait également besoin d’une demi-heure pour prendre une douche, se vêtir et se coiffer lorsqu’il franchit la porte (deux à quatre fois par semaine) pour retrouver ses amis dans la bonne humeur. et une musique attrayante pour balancer la jambe de danse. Célébrez tout ce qu’il y a à célébrer. Son « public » devrait participer de manière atmosphérique, après une longue pré-lueur. “Les hommes peuvent passer un bon moment dans un pub, tandis que les femmes préfèrent aller danser”. Cependant, les bagarres physiques et la mauvaise musique peuvent mettre l’élève de mauvaise humeur et mettre fin à la fête prématurément.

L’étudiante en communication et sciences politiques A. de Münster (21) ne se décrirait pas comme une fêtarde, bien qu’elle sorte souvent et frappe le plâtre. Juste par ennui ou juste envie de rencontrer des gens et de danser. Se coiffer avant de sortir devient de moins en moins important pour elle et, avec tous les accompagnements, prend environ une heure de son temps. Il n’y a pratiquement pas de préchauffage, ne serait-ce qu’avec modération ; d’autant plus fêté et dansé en bonne compagnie ; Les bonnes conversations ne doivent pas manquer et malheur s’il y a des bagarres ou si l’accompagnement fait la sortie, alors la soirée est finie. Elle pense que “les hommes ont besoin de plus d’alcool pour se détendre parce qu’ils n’aiment pas danser autant que les femmes”.

Il y a donc quelque chose dans le cliché selon lequel boire de l’alcool fait partie intégrante d’une soirée de fête réussie pour les hommes. Pour les femmes représentées et quelques autres que je connais de mon entourage, cela semble moins existentiel pour une grande fête. Mais ces hommes osent aussi monter sur la piste de danse, ivres, mais quand même. Et qui l’aurait pensé, les étudiantes mentionnées ont en fait besoin de moins de temps pour «se préparer à sortir» que les étudiantes mentionnées. Cependant, une musique attrayante et une bonne ambiance sont un MUST absolu pour les deux sexes. Les fêtards présents sont également d’une importance capitale pour une nuit glorieuse pleine de “frénésie dansante” et de plaisir à boire. Certes, on ne peut pas dire qu’il y ait “la” culture de fête féminine ou “masculine” parmi les étudiants, mais les personnes représentées s’accordent à dire qu’une célébration réussie à un seul endroit (quels que soient le moment et le lieu) devrait se terminer : dans lit.

Est un