Féroce comme la nuit – Missy Magazine

Féroce comme la nuit – Missy Magazine

octobre 30, 2022 0 Par MistressMom





Par Nadja Preyer

Ostgut Tonne et pop ? C’est comme Berghain et Madame Tussauds. Politique sans miroir par rapport aux cires soignées. Métro contre attrape-touriste. Une comparaison qui vaut la peine d’être tentée pour montrer l’explosivité de Virginies premier album sur le label berlinois.

Polarisés avec leur premier album : Virginia © Stephan Redel

Polarisés avec leur premier album : Virginia © Stephan Redel

Avec son premier album “Fierce For The Night”, la DJ, chanteuse et productrice est clairement l’exotisme du cercle Ostgut – bien qu’elle soit fermement ancrée dans le groupe depuis des années. Le label se concentre en fait sur de la techno brute d’en bas ou sur de la house capricieuse qui pourrait jouer au-dessus. Maintenant un album avec le chant comme fil conducteur ? territoire inexploré. Mais revenons en arrière. Avant que le mur ne tombe, quand la techno a surfé sur la vague acid house de la fin des années 80. Et même un peu plus loin : dans l’âge d’or du disco et du boogie, qui ont émergé dans les années 70 comme une musique légère issue de la soul. L’esprit de notre vie nocturne n’est-il pas né de cette racine même ?

Le fait est que les chansons de Virginia se nourrissent d’une bouée de sauvetage de la culture club qui a émergé du disco à la fin des années 70 sur le pouls de New York : la culture ballroom. À l’époque, les supporters LGBTQ marchaient, postaient et dansaient sur de la musique house dans les premiers clubs ou sur des podiums improvisés dans le ghetto. Maintenant, le titre des débuts de Virginia ravive cette ambiance.

L’artiste elle-même explique ainsi son choix de titre : « J’aime l’ambiguïté du terme ‘féroce’, dans un sens à la fois positif et mélancolique. Dans l’ensemble, le mot a une connotation d’explosivité (…)”. Tout comme leurs chansons, créées en coproduction avec Steffi, Dexter et Martyn, également originaires d’Ostgut. Notes de tête : Pop et Electro. Notes de cœur : House et dit divatum. Un grand arc de suspense. Et la note de fond ? La voix chaleureuse et émouvante de Virginia, qui recouvre la vie de l’âme comme un bonbon au caramel. Et raconte des histoires d’inspiration et d’amour. de relations interpersonnelles. Et sur les relations interpersonnelles dans le club. “Fierce For The Night” est un album absolument féroce, fait pour tout le monde – même pour ceux qui n’y sont pas entrés.