Fredrik et Fredrika – Missy Magazine

Fredrik et Fredrika – Missy Magazine

octobre 28, 2022 0 Par MistressMom

Dans le magasin de meubles suédois, la situation est clairement réglementée : chaises de bureau pour les hommes, rideaux pour les femmes.

chair curtains hires

Illustration : Holly Wales

Fredrika est douce, câline et toujours un peu volage. Elle préfère rester près du mur. Fredrik, d’autre part : dur, robuste, durable et incroyablement travailleur. Les câlins sont ailleurs. Fredrik et Fredrika sont des noms de produits du plus grand empire du meuble au monde : Ikea. Fredrika est un tissu pour rideaux, Fredrik une chaise de bureau.

Tous les produits chez Ikea ont des noms. “Les tissus et les rideaux ont des noms féminins, les chaises et les bureaux des noms masculins”, dit-il sans ambages www.ikea.com. Ici Renate, Matilda, Evalotta, Janette, là Malcolm, Markus, Lasse, Micke. Mais qu’est-ce que cela nous dit ? Que les femmes sont des articles de jardin ? Et les hommes solitaires ? Que les hommes aiment s’asseoir à des bureaux ? Et les femmes aiment regarder à travers les rideaux ? Que la seule femme qui ait jamais accompli quoi que ce soit d’important à un bureau était Monica Lewinsky ?

Ikea a des rideaux pour femmes et des chaises de bureau pour hommes depuis des décennies. Plus précisément, depuis les années soixante-dix. Quand les hommes n’entraient en contact avec les rideaux que lorsqu’ils s’y accrochaient la nuit, en prononçant “skoll”. Quand les femmes ne connaissaient les bureaux que pour frotter les taches de café dessus. Et les bureaux pour femmes n’étaient-ils pas encore interdits à cette époque de toute façon, ou seulement autorisés avec le consentement écrit du mari ?

Mais cela fait un moment depuis les années 1970. Et la Suède a longtemps été en avance en matière d’émancipation. Pourtant, aucune féministe ne déploie une banderole devant le siège d’Ikea ​​: “On peut faire plus que de l’ombre !” ou : “Mon mari n’est pas une lampe de travail !”

Tant de choses seraient possibles. Ulf, le rideau de fleurs, ne serait-il pas aujourd’hui un signe de progressivité, d’ouverture et de tolérance ? Et Liselott, le fauteuil de direction en cuir nappa noir brillant, carrément sexy ? En matière de transgenre, ne pourrions-nous pas aller encore plus loin : Kristoffer, la brosse de toilette occupée, Birgitta, le tabouret de bar audacieux ? Mais ce sont probablement encore des châteaux en l’air, des rêves en similicuir.