Homme, femme, handicapé, veuillez choisir

Homme, femme, handicapé, veuillez choisir

octobre 30, 2022 0 Par MistressMom

Par Tove Tovesson

Dans les commentaires sur Margarete Stokowskis Chronique sur les toilettes unisexes trans-friendly J’ai lu la question, “Qui cela affecte-t-il?”, dans le sens de: je ne sais pas, je m’en fiche, très démocratiquement. De plus, la suggestion qu'”ils” pourraient aller aux toilettes pour handicapés. Les quelques personnes qui sont trans et ne figurent évidemment pas dans la vie de ces commentateurs utiles. Certainement un nombre infime. Le rip en vaut-il la peine ? Par lequel la oui maintenant devient à la mode et puis avoir ça maintenant bientôt Tout le monde‘Que Dieu nous aide.

© Tine Fetz

© Tine Fetz

Il y a quelque chose de stupide à parler des toilettes. Probablement très peu de gens aiment utiliser les toilettes publiques, mais la plupart le font quand même. Vous pouvez alors vous attendre à ce petit effort des autres, au lieu d’être contraint à une discussion à ce sujet. Et maintenant, les toilettes unisexes sont censées être la solution.

L’argument selon lequel tout le monde est allé à des toilettes unisexes, à savoir les siennes à la maison, est croustillant dans la mesure où cette pièce n’est généralement utilisée que par une seule personne à la fois. De même dans le train, dans l’avion ou dans la plupart des toilettes accessibles qui ne sont pas en Dames et Pour des hommes sont divisés. Il n’y a pas du tout de place pour le genre, bien que des toilettes accessibles fassent aussi une sorte de désexualisation en Prochain les chambres pour hommes et femmes existent. Je soupçonne que cette séparation de Klos consiste à rester sexy. Homme, femme, handicapé, veuillez choisir.

La suggestion selon laquelle les personnes trans devraient aller aux toilettes pour handicapés est doublement perfide : elle flirte avec le handicap comme une dévaluation, mais se retirera dès que cela sera mentionné, disant que c’est une interprétation anti-handicapé. Avez-vous quelque chose contre les personnes handicapées ?! Et il sert la stigmatisation selon laquelle la transité, l’authenticité et la légitimité sont incompatibles, dans la mesure où il n’y a pas de droit d’aller aux toilettes pour femmes en tant que femme trans.

Si une personne cis se rendait dans une salle de bain qui n’est pas attribuée à son sexe en raison des circonstances, cela peut être inconfortable, embarrassant, dangereux, non pertinent ou irritant, mais cela ne viole pas son identité. Les identités trans, en revanche, sont constamment attaquées. Utiliser des toilettes publiques en tant que personne trans, c’est toujours composer avec la crédibilité externe, la qui passe, qui est un sujet douloureux de toute façon. Comment puis-je passer pour un homme ou une femme ? Fuck it si peut-être que ce n’est pas mon objectif ou mon identité, mec ou Être une femme ou être à cent pour cent adapter. Ou si je n’ai pas les ressources pour le faire.

Comment les autres me lisent-ils en ce moment ? Où est-ce le plus dangereux pour moi ? Par exemple, en tant que femme trans ou personne non binaire au début d’une transition externe. Où les autres se sentent-ils menacés par moi ? Par exemple, en tant qu’homme trans en pleine transition hormonale. “Les hommes ont peur que les femmes se moquent d’eux. Les femmes ont peur que les hommes les tuent. » (Margaret Atwood) Être dénoncé comme trans signifie un risque élevé d’être victime de violence, en particulier pour les femmes trans. La « défense de panique trans » est un véritable terme juridique qui justifie la violence contre les personnes trans comme des réactions de panique instinctives de la part des personnes cis.

La séparation binaire des espaces entre les sexes réalise une frontière qui n’a pas besoin d’exister, mais que nous faisons tous est canalisé. A la maternelle on forme une rangée de garçons et une rangée de filles, dans les sports scolaires on forme des équipes de garçons contre filles, et ainsi de suite, jusqu’à ce que tout le monde sache, les filles comme ci, les garçons comme ça, les dés sont jetés et il y a des intermédiaires Rienpas d’être et pas de pont.

La question de savoir qui cela affecte comprend déjà sa réponse dévastatrice : personne. Mais c’est un mensonge. Radicalement, les personnes trans existent malgré et dans cette société qui ne veut pas l’admettre. Que suis-je quand le monde nie mon existence ? Un fantôme dans le no man’s land. Mais il ne suffit pas de vivre perdu dans le no man’s land. l’ignorance tue. C’est la raison pour laquelle les gens se suicident parce que c’est tellement crédible qu’il n’y a pas d’endroit où vivre s’il n’y a pas d’endroit où faire pipi.