Le ministre de la Justice Heiko Maas aggrave le droit pénal sexuel

Le ministre de la Justice Heiko Maas aggrave le droit pénal sexuel

octobre 29, 2022 0 Par MistressMom

Par Stefanie Lohaus

Peu de temps après la publication du communiqué “Contre les violences sexuelles et le racisme. Toujours. Partout. #ausnahmelos » le 11 janvier 2016, le ministre fédéral de la Justice Heiko Maas (SPD) a également soutenu publiquement l’initiative #ausnahmelos sur Twitter. Il n’y a plus aucun signe de ce soutien dans la proposition de réforme actuelle.

Arindambanerjee / Shutterstock.com

Arindambanerjee / Shutterstock.com

L’une des revendications centrales des initiateurs de #ausnahmelos, qualifier enfin le harcèlement sexuel d’infraction pénale dans une réforme du droit pénal sexuel, est introuvable dans l’avant-projet de loi du ministère fédéral de la Justice.

Une mise en œuvre correcte signifierait également que tous les actes sexuels qui n’ont pas lieu avec un consentement explicite (“oui signifie oui”) sont punissables.

Au lieu de cela, les attaques dans l’espace public, comme cela s’est probablement produit à Cologne, restent légales. Alors que profiter d’une situation de vulnérabilité était auparavant passible d’au moins un an d’emprisonnement, la peine minimale est désormais réduite à six mois et la victime doit encore prouver qu’elle n’a pas pu résister.

La loi sexuelle continue de négliger les personnes victimes de discriminations multiples, telles que les personnes handicapées, ainsi que celles qui ont fui et qui ont été illégalement discriminées. Avec le projet de réforme actuel, le code pénal allemand ne répondra pas non plus aux exigences à l’avenir Convention d’Istanbulque l’Allemagne a signé en 2011.

Le fait que Maas ait rédigé un projet de loi après les événements de Cologne, le large débat de cette année et son engagement à #exceptionnellement ici derrière les revendications centrales de experts reste derrière montre qu’il ne veut pas créer une loi pénale moderne sur le sexe.

Il se passe encore quelque chose, M. Maas !