Le vrai prix de nos gadgets informatiques

Le vrai prix de nos gadgets informatiques

octobre 29, 2022 0 Par MistressMom

sideglance rahmen

Nous achetons des œufs biologiques parce que nous avons fait nos recherches et que nous ne supportons plus l’idée de poules enfermées dans des cages. Certains d’entre nous parviennent même à vivre une étape plus cohérente et n’achètent pas du tout d’œufs, végétaliens vivants. Nous savons depuis longtemps à quoi cela ressemble dans les fermes et les abattoirs qui approvisionnent les chaînes de restauration rapide et les producteurs de viande allemands bien connus. Et sinon, un jour on tombera sur l’une ou l’autre photo, vidéo ou l’un ou l’autre article sur le net. Peut-être que nous achetons un livre et décidons ensuite d’arrêter de manger de la viande pendant un certain temps ou pour toujours, si nous ne l’avons pas déjà fait. Peut-être que nous ne nous en soucions pas tellement parce que nous ne faisons pas de lien entre notre nourriture et les animaux pour nous protéger de notre conscience, ou parce que nous ne nous soucions pas des animaux (au moins à un moment ou à un autre). Dans le cas d’aliments produits par des personnes, divers sceaux nous aident maintenant à identifier s’il s’agit, par exemple, d’un produit équitable. Les films documentaires et les livres nous ouvrent les yeux sur la production de nos aliments.

En ce qui concerne les vêtements, nous sommes désormais également assez bien informés et chaque fois que nous passons devant l’une des nombreuses succursales d’une maison de couture suédoise, nous ne pensons pas seulement aux modèles maigres, mais nous nous souvenons également de l’un ou l’autre article sur travailleurs qui s’effondrent au Cambodge. Nous savons également que ces travailleuses peuvent difficilement vivre de leurs salaires de misère et doivent souvent subvenir aux besoins de familles entières. Ou si nous ne le savons pas encore exactement, il y en a de plus en plus à trouver là-dessus aussi Informations, campagnes et labels dans le web. Mais à ce stade, il nous est plus difficile de créer une stratégie d’achat et de vie pour ne pas soutenir des processus de production inhumains. Vous cherchez généralement en vain des phoques lors d’une tournée de shopping dans le centre-ville.

Mais nous l’avons sous contrôle, nous sommes informés ou le serons, car en attendant l’accès à Internet depuis le smartphone est toujours avec nous, même en déplacement. Vous pouvez facilement rechercher une ou deux choses, pourquoi pas quelle marque vous pouvez maintenant acheter sans mauvaise conscience ? Grâce à notre nouveau lecteur de livres électroniques, nous pouvons désormais lire plusieurs livres sous un soleil radieux expliquant pourquoi il n’est pas si bon et sage de manger des animaux sans se porter à moitié mort sur les livres. Nous pouvons recevoir notre part quotidienne d’actualités féministes sur notre tablette autour d’un café pendant la pause déjeuner et peut-être même écrire nous-mêmes l’un ou l’autre article de blog avec le carnet. Nous avons déjà chargé les recommandations musicales de la dernière Missy sur notre lecteur MP3. Un sentiment de liberté nous envahit, nous avons le choix, nous appartenons et pouvons participer à tout si nous le voulons et n’avons pas oublié de recharger la batterie. Si nous regardons notre dernier gadget chèrement acquis, nous nous demandons finalement d’où il vient probablement et dans quelles conditions il a été produit. “Conçu par Apple en Californie, assemblé en Chine” est écrit sur mon iPhone poli. Hé, il y avait quelque chose là aussi…. J’ai déjà lu quelque chose à ce sujet ! Oh oui : “On estime que 90 % des ouvriers de l’industrie électronique chinoise, qui fabrique aujourd’hui un quart des ordinateurs vendus dans le monde, sont des femmes.” écrit Chris il y a presque exactement un an ici dans le blog de Missy et fait référence aux conditions de travail et aux campagnes. L’appel à l’époque à une discussion sur une éventuelle campagne féministe n’est répondu que par des cris « mais les hommes » de commentaires déçus. Au vu des divers événements et du nombre croissant d’appareils produits (une sélection ci-dessus) dans l’industrie informatique, il est grand temps d’aborder à nouveau ce sujet. Oui, ce sujet est aussi féministe et non, ça ne veut pas dire que les ouvriers des mines congolaises doivent s’en foutre de nous. Afin de donner quelques suggestions concrètes sur les endroits où les gens peuvent obtenir des informations supplémentaires pour qu’une telle discussion puisse avoir lieu, j’ai suivi le sujet un peu plus intensément au cours des dernières semaines. Les ajouts sont bien sûr les bienvenus.

Dans l’avant-dernier c’t (20/2011) un article à la fabrication mondialisée de matériel informatique. Là, des tentatives plus ou moins réussies ont été faites pour déterminer le lieu d’origine et le lieu de production de divers composants matériels. Pas une chose facile, car les blocs de construction sont souvent si petits qu’aucune autre identification ne peut y être logée. De plus, il est important de savoir que les composants individuels ne sont pas tous fabriqués au même endroit ni même dans le même pays. De plus, ils sont transmis encore et encore pour différentes étapes de production. Dans l’ensemble, la fabrication à façon est tout sauf gérable et est parfois délibérément gardée secrète par les fabricants bien connus que nous connaissons tous. Cela rend également les conditions de travail difficiles à contrôler et ce qui déborde à la surface n’augure rien de bon. Malheureusement, le nom Foxconn n’est pas devenu célèbre à travers les grandes parties de nos produits et consoles de jeux Apple bien-aimés, mais à travers de nombreux cas de suicide en raison de conditions de travail inacceptables, accidents du travail et durent jusqu’au bout un feu sur le site de fabrication. Dans le cas des deux derniers événements, on peut même voir dans certaines discussions sur Internet que les gens sont plus préoccupés par la production des iPads que par les gens dans les usines.

Afin d’attirer l’attention sur les conditions de production du matériel et sur notre manipulation de ces produits Industrie de la taupe récemment une application iPhone appelée histoire de téléphone publié, qui nous conduit de l’extraction du coltan dans les mines du Congo, à la situation chez les fournisseurs en Chine, à notre comportement d’utilisation et au problème d’élimination. Apple a banni l’application de l’App Store peu de temps après. Il est désormais disponible uniquement sur la boutique Android et pour les iPhones jailbreakés.

Il est difficile et déprimant d’obtenir des informations plus précises sur les processus de production individuels et les inconvénients associés pour les personnes dans différents pays, mais il est nécessaire d’avoir une vue d’ensemble des effets de notre consommation. En août 2010, un film a été réalisé sur les travailleurs migrants de l’industrie électronique malaisienne. à voir sur Youtube. “Dans le monde, 7 ordinateurs sont produits chaque seconde, mais seulement 4 personnes naissent.” Le film documentaire DERRIÈRE L’ÉCRAN – The Life of My Computer aborde également l’impact de nos actions lors de l’achat de matériel. Malheureusement, je ne l’ai pas vu moi-même. La bande-annonce est ici : DERRIÈRE L’ÉCRAN – Bande-annonce (Allemand) de Stephen Baumgartner sur viméo. Le rapport entre nos téléphones portables et le financement de la guerre civile au Congo a été étudié pour le documentaire «Du sang dans le mobile» a recherché. Vous trouverez un aperçu sur la première où a été rapporté hier à titel ces tempérament, la bande-annonce est là ici sur YouTube.

Dans cet esprit, commençons à réfléchir et à discuter du prix que nous payons réellement pour nos beaux gadgets. Ou qui paie.