Missy présente : Susana Baca à la Maison des Cultures du Monde

Missy présente : Susana Baca à la Maison des Cultures du Monde

octobre 29, 2022 0 Par MistressMom

susana baca1

Quand a-t-on jamais l’occasion de voir un ministre de la culture en tant que chanteur sur scène ? Et celui qui défend les droits de la minorité noire ? Son nouveau travail de femme politique n’empêche pas l’Afro-Péruvienne Susana Baca, qui est la première membre noire du cabinet péruvien depuis l’été, de continuer à faire le tour du monde en tant que musicienne et de faire étape mardi à la Maison des cultures du monde de Berlin. soirée.

Née en 1944 dans le petit village de pêcheurs de Chorrillos près de Lima, Baca mélange des éléments contemporains et traditionnels tels que le son, la salsa et la cumbia dans un mélange dans sa musique, avec laquelle sur son album actuel “Afrodiaspora”, elle s’adresse principalement aux “Africains” encore marginalisés. présence”. auquel l’Amérique veut rendre hommage. Quiconque a déjà vu la femme au sourire radieux à la voix douce, presque au ralenti et la plupart du temps pieds nus, planant au-dessus d’une scène, comprend immédiatement pourquoi elle est vénérée comme une idole dans son pays natal.

De plus, le musicien, qui s’est également fait connaître du public occidental grâce à une chanson sur une compilation de David Byrne en 1995, est admirablement engagé dans la démocratisation de la culture : “Je travaillerai pour que la culture ne soit pas seulement pour le plaisir des riches, mais qu’elle soit démocratique et atteigne tout le monde” – un projet dont l’importance ne doit pas être sous-estimée dans un pays où même des citoyens soi-disant éduqués de gauche n’y trouvez rien, embauchez une femme de chambre pour le salaire minimum d’un peu moins de 200 $ et les CD et les livres (!) ne sont disponibles pour la plupart des gens que sous forme de copies piratées bon marché.

Quand où

Mardi 20 septembre 2011 à 20h Maison des Cultures du MondeJohn-Foster-Dulles-Allee 10, 10557 Berlin

Entrée : 19€/15€

(Photo: Grimanesa Amorós / Amoros Studio)