Sookee – Missy Magazine

Sookee – Missy Magazine

octobre 29, 2022 0 Par MistressMom

Déclaration de la rappeuse et activiste hip-hop sur cinq ans de féminisme queer

sookee klein

Photo: sookee.de

Je ne suis pas un empiriste. Je ne sais pas vraiment comment mesurer de manière représentative ou du moins crédible l’impact concret des luttes socio-politiques. Et même si : Quels niveaux sociaux seraient pertinents, jusqu’à quelle étendue géographique et culturelle, comment rendre justice à un synopsis complet pour reconnaître les corrélations ?

S’agit-il de la mise en œuvre de lois issues de revendications féministes ? Pour leur efficacité ? De la visibilité féminine* dans les métiers à prédominance masculine ? Sur le climat de travail bien-être des ingénieurs, carreleurs, conducteurs ? De l’émergence des blogs et vlogs féministes ? De la notoriété et de l’impact de femmes comme Anita Sarkeesian ou Laci Green ?

Mon travail consiste davantage à construire des ponts communicatifs et à montrer de la présence. Je m’occupe donc de l’activisme queer-féministe entre les sous-cultures dominées par les hommes, des contextes autonomes-anti-fashistes aux partis politiques de gauche et j’essaie de soutenir les grandes alliances bourgeoises-femmes-mouvement d’une part et de rester activement impliqué dans le discours de militantes féministes radicales*.

Pour faire court : tout cela se passe si bien que je peux en vivre raisonnablement. Le grand nombre de panels féministes, de campagnes, d’ateliers, de concerts, d’événements d’information, de fêtes des dames, de salons, de lectures, de tables rondes, de manifestations m’a occupée ces quatre ou cinq dernières années et elles ont été les meilleures de ma vie, néanmoins :

Le spectre thématique s’élargit avec l’air du temps d’un monde médiatisé et globalisé, de plus en plus de générations grandissent et veulent être négociées entre elles, ainsi que les contradictions et les camps féministes intérieurs, les crises politiques réelles exigent la définition de priorités et couper l’espace au symbolisme, Internet est notre meilleur ami et notre pire ennemi, les voix des médias grand public ont tendance à banaliser les impératifs féministes, le capitalisme n’a toujours aucune pitié et nous jette sur les industries de la beauté, les stratégies publicitaires, les marchés du travail, et en cours de route des contrecoups patriarcaux stables montent et descendent l’avenue et nous maintiennent dans des gouvernements conservateurs, une résurgence de la culture du viol accompagnée d’un sensationnalisme brisant les tabous et d’indicibles comparaisons NS en réaction à l’activisme féministe.

En fait seulement une perspective médiocre. Mais Olympe de Gouges, Sojourner Truth et Clara Zetkin n’ont pas baissé les bras non plus, et ces femmes ont risqué leur vie pour leurs convictions politiques.
Ce qu’il nous reste : continuez ! Et enfin, développer la conscience la plus large possible de l’approche intersectionnelle au sein de la politique féministe, afin que les chevauchements et les enchevêtrements internes des diverses formes de désavantage et de discrimination soient reconnus comme une réalité concrète – quoique assez complexe – et que les diverses luttes émancipatrices puissent se multiplier autre.
Mot!

www.sookee.de

Il y a plus d’articles de notre dossier en ligne féminisme queer ici…