Team Series : “Cela a l’air compliqué, mais les hommes qui l’ont conçu l’ont rendu assez simple pour qu’une femme puisse l’utiliser” – Les femmes dans “Mad Men”

Team Series : “Cela a l’air compliqué, mais les hommes qui l’ont conçu l’ont rendu assez simple pour qu’une femme puisse l’utiliser” – Les femmes dans “Mad Men”

octobre 29, 2022 0 Par MistressMom

gastblog muenster neu14

Août 1963, le protagoniste de “Mad Men”, Don Draper, conduit sa Cadillac sur une route de campagne isolée dans la banlieue new-yorkaise d’Ossining. Sur le siège passager, on voit son amant actuel et Martin Luther King sonner à la radio : « I have a dream ». Draper éteint la radio, désintéressé. Nous sommes dans la troisième saison de la série à succès américaine “Mad Men”.

Les “Mad Men” sont un groupe d’hommes fumeurs, buveurs et sexuellement actifs de l’agence de publicité Sterling Cooper sur Madison Avenue à Manhattan. Au début des années 1960, ces hommes « gouvernaient » le comportement d’achat de la population à une époque de bouleversements et de prospérité, mais aussi de rébellion. Les mouvements des droits civiques, de la jeunesse et des femmes battent leur plein et les premières fissures apparaissent dans la façade bourgeoise des protagonistes blancs de la classe supérieure.Dans le monde des hommes de Sterling Cooper, tout tourne autour de la belle apparence que vend l’industrie de la publicité. Mais derrière ce monde illusoire, les frasques s’accumulent. Le double standard est omniprésent et révèle exactement les secteurs de la société qui sont secoués par des bouleversements dans les années qui suivent. Mais ce ne sont que des phénomènes marginaux pour les « Mad Men » au départ. Leurs secrétaires sont encore considérées comme un gibier, les noires comme des domestiques et leurs femmes comme de jolies accessoires qui ne sortent de la maison que pour faire des courses. Cependant, leurs convictions commencent à vaciller de plus en plus, car les machos de la publicité doivent faire l’expérience directe de la fragilité et de la vulnérabilité de leur projet de vie.

mad men 2

Des femmes joliment maquillées dans le salon d’un côté et des hommes buveurs de scotch au “travail” de l’autre. C’est le grand art du créateur de “Mad Men” Matt Weiner non seulement de représenter ces deux extrêmes, mais de les commenter avec un clin d’œil. En opposant des hommes presque irrésistibles à des figures féminines passionnantes, il est possible de dépeindre de manière crédible les problèmes des femmes dans un monde dominé par les hommes. Le meilleur exemple est Peggy Olson, la secrétaire de Don Draper, qui s’affirme face aux modèles rétrogrades et qui est la seule femme dans les rangs créatifs de Sterling Cooper. À travers elle aussi, le rôle de la femme devient la véritable star de la série. Les créateurs dessinent avec soin les images des belles ménagères ennuyées et malheureuses, ainsi que la vie des jeunes secrétaires excitées et surtout humiliées dont le seul but semble être d’obtenir une demande en mariage des célibataires de l’agence.

« Que veulent les femmes ? », demande le coureur de jupons Don Draper, personnage principal de « Mad Men » et directeur de la création chez Sterling Cooper, alors qu’il crée l’une de ses campagnes publicitaires. En privé, il ne connaît que “des saints ou des putains”. Alors que toutes ses affaires sont des femmes émancipées à part entière, sa femme apparemment parfaite, Betty, attend à la maison. Il trouve satisfaction ailleurs, Betty Draper doit se contenter longtemps de la machine à laver vibrante avant qu’elle n’ose elle aussi s’évader de sa prison à la maison.

Au fur et à mesure que le spectacle progresse, les protagonistes féminines deviennent plus fortes, osent s’opposer aux hommes et se battent pour leurs objectifs. L’éclatement constant des rôles de genre, la rébellion des minorités opprimées ou marginalisées et les travers de la société de consommation américaine sont traités de manière bien dosée et très sereine dans “Mad Men”. Dans ses meilleurs moments, la série utilise l’exemple de ses personnages pour illustrer avec éclat des sujets sensibles comme le racisme, l’avortement ou l’homosexualité.

Le créateur de “Mad Men” Weiner lui-même considère son émission comme féministe. Il a reçu ses plus grands éloges d’une secrétaire de l’époque, qui lui a assuré que la représentation par Mad Men du harcèlement sexuel quotidien dans les bureaux est une représentation fidèle de ce qu’elle a vécu à l’époque. Elle et ses compagnons d’infortune lui sont reconnaissants que quelqu’un se soit finalement concentré sur ce sujet. La série brosse un tableau de New York dans les années 1960 qui est précis jusque dans les moindres détails et laisse les téléspectateurs non seulement soulagés que tant de choses se soient améliorées, mais aussi réfléchis, car de nombreux scénarios semblent plus pertinents aujourd’hui que jamais.

“Mad Men” a remporté plusieurs prix aux Golden Globes et Emmy’s pour la meilleure série dramatique et sera diffusé en Allemagne par ZDF Neo.

Catherine M

Conseil : http://jezebel.com/5314370/15-feminist-moments-from-mad-men